Au fil des rues du quartier Chuansha à Shanghai.

Au fil des rues du quartier Chuansha à Shanghai.

En fin de séjour en Chine, j’ai quelques heures de libre pour visiter. Ce n’est pas parce que je voyage beaucoup que je peux beaucoup visiter. Ici on est sous surveillance permanente, il y a des caméras partout. C’est particulièrement vrai pour les intersections où chaque automobile est photographiée. Les flashes crépitent sans cesse.

Read more

Un grand MERCI!

Un grand MERCI!

2018-04-07 14.02.45Exercer le difficile métier de vendeur, c’est ce que je fais depuis que j’ai commencé à travailler. J’ai grandi professionnellement grâce à cette merveilleuse fonction mais si je devais me reconnaître une seule compétence, je prendrais celle-ci sans aucune hésitation. C’est un dur métier et j’ai vu plus d’un vendeur déprimer, voir renoncer dans des circonstances plus ou moins dramatiques. Dans l’inconscient collectif le vendeur est celui qui se promène d’un client à l’autre dans sa belle voiture et  trimballe son beau costume dans les bureaux lorsqu’il ramène des commandes toujours très compliquées à des prix toujours trop bas par rapport à ce qu’il faudrait. Or c’est plus compliqué que ça, il faut résister à la pression qui vient de partout. Les clients qui annulent les rendez-vous (quand ils prennent le soin de prévenir…) au dernier moment, ceux qui ont des problèmes de qualité alors qu’on avait bien dit à la production de faire attention à tel point particulier, ceux qui trouvent qu’on est trop chers avec un délai bien trop long, etc. La liste est longue. Il y a aussi la pression interne à l’entreprise où il y a toujours quelqu’un qui nous rappelle que nous sommes en dessous de nos objectifs, où la production a oublié de nous informer que le délai le plus important pour nous ne sera pas respecté et qu’on l’apprend juste après avoir raccroché et confirmé au client « tout va bien, si c’était en retard j’en aurait entendu parlé, on est à 2 jours de la date de livraison ». Cette liste aussi peut être continuée à l’envi.

Read more

Un bon client est un client qui bouge !

Un bon client est un client qui bouge !

BougerEn lisant le titre certains vont penser que je sombre dans le « mangisme-bougisme » à la mode actuellement généralement associé aux 5 fruits et légumes par jour. Il n’en est rien, c’est uniquement de vente dont je veux parler ! S’il n’y a pas de règle absolue en vente, c’est que chaque cas est particulier et c’est tout l’intérêt de ce métier. En revanche on peut appliquer des principes qui fonctionnent et, bien qu’ils ne permettent pas de dire « j’ai trouvé la martingale absolue », qui aident à s’approcher du succès. Je ne vais pas proposer la formule magique ou l’incantation qui va envouter les clients mais un principe qui repose sur le fait que tout un chacun entend dans l’ensemble de ses actions rester cohérent. Je veux dire par là que personne ne fait une chose à un instant T et la chose opposée l’instant d’après. Nous voulons tous avoir des faits et gestes justifiés et justifiables la plupart de notre temps. Et c’est sur ceci qu’il faut s’appuyer.

Read more

Retour dans l’Empire du Milieu

Retour dans l’Empire du Milieu

Chine carteMe voici de nouveau en Chine. C’est mon 3ème voyage professionnel dans l’Empire du Milieu et le 2ème cette année. Il faut dire que les affaires avec Monsieur Demi-Merci (ceux qui n’ont pas suivi et qui sont intéressés peuvent trouver le début en 2016 ici, la suite en 2017 ) sont en voie de développement certain. Je suis arrivé à Shanghai mardi matin et nous avons pris 2 vols pour la province de Yunnan avec comme destination Kun Ming. Durée de voyage : 22 heures avec 6 heures d’avance par rapport à l’Europe. La carte ci-après donne une idée du trajet à cet instant soit 3 jours et 2 nuits sur place. Le plus petit trait rouge représente 250 Km pour donner une idée de la taille du pays

Read more

L’atout force mentale

L’atout force mentale

memoriaVendre n’est pas un métier de tout repos. Il y a une part de fatigue physique liée aux déplacements inhérente à tous les secteurs. Si l’activité dans laquelle on évolue se déroule dans une petite zone géographique on doit voir beaucoup de clients chaque jour. Si le secteur est plus étendu, on a des heures de voyage qui sont fatigantes par principe. Cette part de fatigue physique est gérable car l’être humain est endurant. On peut assez rapidement trouver un rythme qui permet de supporter les voyages et l’organisation qui correspond : trouver un hôtel (pas toujours simple dans certains coins du monde bien que des sites web type www.booking.com aient simplifié cette tâche), prévoir ses tournées, etc. De plus la fatigue physique peut être en partie compensée par son hygiène de vie. En revanche, la-fatigue mentale est bien plus difficile à absorber et gérer. Read more