M. Cheval, M. Petit-Cochon et M. Demi-Merci

M. Cheval, M. Petit-Cochon et M. Demi-Merci

Non ce n’est pas une blague, j’ai juste demandé la traduction des noms de mes contacts pour ce repas d’affaires et me voici entouré de M. Cheval, M. Petit-Cochon et M. Demi-Merci. Ici on commence par un repas et on parle affaires le lendemain. Ce qui n’empêche pas d’évoquer le sujet pendant le dîner. Ainsi nous voilà rassemblés autour d’une table avec un plateau tournant.

Mes hôtes m’ont annoncé que j’allais goûter du vin blanc spécialement venu de je ne sais plus quelle province pour l’occasion. En tant qu’amateur de vins blancs, je me dis que ça se présente plutôt pas mal et qu’avec du blanc on a moins de chance de tomber sur une horreur qu’avec du vin rouge – simple constatation purement basée sur mon expérience personnelle, mes excuses aux œnologues avertis qui s’étranglent peut-être.

En fait de vin, c’est de l’alcool de riz. Il titre juste 53% ! Chacun reçoit une petite carafe et un petit verre. On doit se verser un verre à ras-bord. Ensuite quelqu’un dit « Kam Pé !» et, cul sec ! La coutume veut que l’on remplisse son verre à nouveau, jusqu’au prochain « Kam-Pé ! ». Au bout de 3 « Kam-Pé » je me suis dit qu’il valait mieux en faire 1 sur 2. Assez rapidement je suis passé à un sur 3.

img_9433

Parallèlement à tous ces petits verres, pour chaque « Kam-Pé ! » j’ai bu une tasse de thé… moi qui n’en boit jamais j’ai dû m’approcher des 2 litres. C’est dire le nombre de petits verres absorbés. Donc je confirme, le thé est un diurétique puissant. Cela dit cette méthode s’est avérée profitable : pas de gueule de bois le lendemain. Donc frais et disponible pour du business avec Messieurs Cheval, Petit-Cochon et Demi-Merci.

Nous n’avons pas fait que boire, nous avons également mangé. Parmi les choses qu’on ne mange pas en Europe, les nouilles de bambou et les racines de lotus étaient au menu. Manger des nouilles qui trempent dans une soupe n’est pas si simple que ça avec des baguettes. Ceci explique au moins partiellement les bruits que font les chinois en mangeant. Si les nouilles excusent les « slurp », la mastication bruyante bouche ouverte et les rots sont monnaie courante à table. Une autre culture….

img_9458

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.