Chine : décalages et corruption

Chine : décalages et corruption

En 10 jours de voyage en Chine (mon 4ème  – pour raisons professionnelles et pour ce que ça vaut comme expérience) je trouve toujours le pays très différent de l’Europe occidentale. Ce n’est pas très étonnant compte tenu de la distance mais ce qui me frappe c’est l’importance des décalages au sein du pays. Pour premier exemple, je vous mets au défi en regardant les photos qui suivent de dire la spécialité culinaire du restaurant dans lequel j’ai mangé. Ne vous fiez pas au chapeau du cuistot, on est le 31 octobre et c’est Halloween. Tout est bon ici pour attirer le chaland, y compris l’adoption de coutumes américaines…. On est communiste mais on doit faire des affaires (vous pouvez lire ici à ce sujet).

Donc ils ont adapté à la mode chinoise la cuisine française ! Oui c’est un restaurant de cuisine française. Mon partenaire local a voulu me faire plaisir et m’a offert un diner français. J’ai apprécié de manger avec des couverts une cuisine délicieuse et différente de ce qui est proposé localement mais qui n’avait que peu de relation avec la gastronomie gauloise. Ils ne proposent que du vin chilien ou argentin et n’ont pas de café…

IMG_7271

Il y a une multitude de gens qui vendent tout une variété de produits alimentaire dans la rue comme des beignets ou pains traditionnels. Ici cette dame avec ses paniers sur un balancier en bambou. Elle communique avec son smartphone, elle se fait payer en liquide ou avec leur système de QR code (si vous voulez plus de détails c’est ici). Dans les entreprises que je fréquente, on nous fait revêtir des blouses, sur-chaussures et des coiffes pour éviter de perdre des cheveux (oui à moi aussi !). En sortant d’une de ces entreprises très hygiénique voire hygiéniste, pour aller déjeuner on est passé à proximité d’un restaurant où la spécialité était de la chèvre. Lorsque j’ai vu qu’ils abattaient les chèvres dans la rue à même le sol, j’ai été moins emballé à l’idée de manger de la chèvre…

IMG_7261

Tout comme dans de nombreux endroits de notre planète la corruption existe. Elle existe particulièrement dans les entreprises d’état. En revanche ici les « corrompus » sont plus « ouverts » sur la pratique. Chez un client je ne comprenais pas les réticences à changer de fournisseur compte tenu des essais très positifs réalisés. On a tourné autour du pot avec des objections incohérentes pendant près d’une heure. Enfin l’interlocuteur s’est « lâché »le message était clair : « On a essayé vos produits, ils sont très satisfaisants et même bien meilleurs que ceux de notre fournisseur actuel. Par contre ce dernier me remet une somme de X RMB (Abréviation de Yuan ou Renminbi = monnaie chinoise) par pièce commandée. Si vous voulez qu’on commande chez vous, il n’y a aucune raison que je sois pénalisé, il me faut la même chose »….

Horreur, il demande de l’argent a été ma première réaction ! Ensuite j’ai repassé dans ma tête les 2 livres au sujet de la manipulation que j’ai lus cet été (ici pour les titres) dont il faudra que je me décide à faire la synthèse dans ce blog. Un des enseignements que j’en ai tiré est que lorsqu’on rend service à quelqu’un on en fait son obligé. Ainsi il sera plus enclin à commander chez nous. Parfois on n’a pas de service à rendre, et on invite le client ou le prospect à déjeuner dans le même esprit. Cette pratique est plutôt courante et acceptée chez nous. Or il n’existe pas de repas gratuit, quelqu’un le paye, et ce quelqu’un, qui est-ce si ce n’est le client ? Finalement on se retrouve dans le même cas. Certes un peu plus systématisé de la part de ce client et certainement plus important qu’un repas mais l’idée reste la même. Est-ce si différent ? Je ne sais pas comment gérer ce type de cas et je ne détaillerai rien de plus sur ce thème pour des raisons évidentes de confidentialité. Mais est-ce si décalé…. Je ne sais pas.

A bientôt

Une réflexion sur “Chine : décalages et corruption

  1. Alors on ne sera pas si finalement tu accepte la corruption pour gagner un nouveau client. Je suis d’accord que dans certains pays c’est dans les mentalités… Peut-on les faire évalués à notre échelle ? Mon expérience la plus choquante: il y a une vingtaine d’années en Roumanie. Le portier d’un hôpital m’a demandé un pourboire pour me laisser rentrer en plein journée pour que j’aille voir un jeune homme atteint d’un cancer du cerveau.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.