La culture des champignons

La culture des champignons

En fait, le titre aurait été plus juste si j’avais écrit en anglais « mushroom management », mais il faut bien que j’intrigue mes lecteurs (record d’affluence en novembre merci à tous : 1,5 fois le nombre de visiteurs de toute l’année 2017– c’est fou non ?) pour qu’ils le restent. Le mushroom management est plus connu et souvent associé à la formule qui lui sert de définition :

« keep them in dark and feed them with shit »(1). C’est une forme de management qui consiste à laisser la base dans l’ignorance des projets d’une entreprise. Il ne faut pas chercher longtemps pour trouver que le synonyme est « blind development »(2). On trouve beaucoup de négatif à ce mode de management et les exemples du naufrage du Titanic ainsi que la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008 sont des marqueurs des conséquences les pires. Les raisons invoquées au mushroom management, sont le déphasage entre le management et la base. La perte de connaissance de la réalité du quotidien en d’autres termes.

MM in useDoutant par principe qu’une chose ne puisse être que négative, j’ai creusé le sujet, observé et vous livre quelques remarques. Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’un type d’information n’est pas partagé que le management se met à cultiver des champignons. Il existe des cas de bon mushroom management. La méthode en elle-même peut produire d’excellents résultats. Elle doit être menée par des managers particulièrement habiles. Il faut diviser les employés en groupes variés et divers. Chacun des groupes de personnes reçoit toutes les informations qui lui sont nécessaires mais rien de plus. Une division très militaire voire très services secrets (need to know) de la gestion des entreprises. Des résultats très positifs sont observés pour des entreprises qui spécialisées dans un domaine donné, anticipent la chute potentielle de ses marchés habituels, en envisageant un développement dans des domaines dérivés plus ou moins éloignés du métier de base.

cant-do-more.jpgIl n’est pas évident de répondre à la question : suis-je dans un cas de mushroom management par incompétence ou perte de réalité de la part de mon management ou suis-je au cœur d’un plan qui me dépasse ? Quelle taille d’image de son organisation faut-il avoir pour répondre ? Alors il faut analyser l’histoire récente de sa société : quels ont été les projets qui ont été lancés ? Quels sont les domaines dans lesquels nous avons investi ? A quelle distance de nos métiers de base ? Y-a-t-il des synergies commerciales ou industrielles ? Les interrogations qui suivent doivent également être conduites : Suis-je compétent ou puis-je le devenir pour ces nouvelles activités ? Si toutefois le mushroom management, mauvais ou bon, nous pousse à des remises en questions, à sortir de sa zone de confort, ça reste positif. Il faut ensuite se définir dans le contexte, et envisager sa stratégie pour la suite.

Tout le monde n’a pas les mêmes ambitions et chaque stratégie est respectable. Je suis naturellement positif et j’estime qu’il y a du bon à toutes les situations. La stratégie la plus adaptée est selon moi de se faire remarquer. Ensuite les façons de se faire remarquer dépendent du public auprès de qui il est important d’être repéré. Poser des questions est au moins intéressant pour déterminer la nature du mushroom management qui nous entoure. Poser la même question à plusieurs décideurs est souvent instructif quant à qui a lumière en main et peut s’avérer parfois très drôle quand les réponses sont opposées ! Se faire remarquer peut aussi consister à faire des choses que personne ne fait dans son entreprise et s’organiser pour que ce soit repéré. L’utilisation des réseaux sociaux est pour ceci un « must have »(3).

Habilement ou malhabilement selon les points de vue, ce centième billet de mon blog pourrait faire partie de ma stratégie ! On peut aussi le lire comme une incitation à voir plus grand que son panorama usuel ou habituel. Voir grand est je pense le meilleur moyen d’atteindre le vrai succès. Plus on voit grand, moins on se ferme de portes. Les voies du succès sont multiples.

Futur

A bientôt

  • (1)= Laissez-les dans le noir et donnez-leurs de la merde
  • (2)= Développement aveugle.
  • (3)= A avoir absolument

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.